Baise de top PDF Imprimer Envoyer
La baise du mercredi 28 mars 07

Pas facile ce matin d’être « top ». D’être « sadique » comme dit Pat.Cal.
Pas facile mais bien intéressant et excitant.
Cela a été un balancement entre son excitation (de cette apparente soumise) et la mienne.
Un travail d’équilibre et d’équilibriste que, peut-être, le fait de savoir inconsciemment que cela allait pouvoir s’écrire, se dire et pas seulement se faire, rendait plus fin encore. Un travail de tricotage, pour que jamais l’une des excitations prenne le pas sur l’autre.
Cela a été comme ça ce matin pour être (au) top : le rythme, l’intensité des caresses ou des coups, jeux sur et avec les sexes (le sien, le mien), avec les godes, martinet, fessées, corde : jamais je ne peux me laisser aller (et au fond me laisser dominé par ma domination, car alors elle décroche), et jamais non plus je ne peux seulement m’oublier en elle, m’effacer « pour elle », me laisser dominé par la dominée : très vite mon sexe ou mes mains font sentir que ça ne va pas non plus et décrochent …
Putain, quelle chose étrange.
Un travail de dressage du dresseur.
Un travail qui donne tout son sens à l’expression : « dresser la queue »…
 
PhiloQueer, Powered by Joomla! and designed by SiteGround web hosting