Baise du matin PDF Imprimer Envoyer
Il y a une jeune petite chienne toute fofolle et jouette dans mon lit. Elle s’amuse à se lover et se frotter le museau contre moi, à s’enfouir dans les creux de mon corps sous le drap, en descendant tout du long.
Je m’aperçois qu’elle peut très bien me lécher la queue, les couilles, le cul, avec une bonne petite langue de chienne, c’est infernal!
Je la guide et la dresse à cela : « allez suce-suce la queue, suce… Doucement, et là, et puis aussi là, plus bas. Lèche bien. Oui, maintenant mordille les couilles, là, oui,oui, doucement… ». Je la laisse faire en lui flattant les poils de la tête, et en lui tapotant le dos et les flancs …
J’essaye de lui peloter les fesses, mais elles sont un peu trop loin de mes mains du fait que je suis sur le dos pour qu’elle me suce.
Je relève les jambes, elle flaire mon cul, le lèche. Je lui montre qu’avec sa patte elle peut m’enculer. Elle s’y met, bien dressée qu’elle devient, et me suce le bout de la queue encore plus raide.
Elle obéit de mieux en mieux. Mais elle est encore quand même jouette, et elle jappe et frétille du cul pendant qu’elle suce et m’encule. Cela rend difficile l’envie que j’ai de la branler de plus près.
Or on est là pour que je la dresse pour l’exhiber dans des concours de chiennes et de chiens où j’ai l’intention de la faire concourir, et il faut l’habituer à certaines postures incontournables dans les concours à partir d’un certain niveau. Elle est d’une race où cela devrait être très faisable…
Ce sont des concours avec des épreuves diverses. Il faut exhiber les chiens et les chiennes, en les mettant en position de soumission et d’exhibition. Les concours qui m’intéressent s’inscrivent dans la mouvance queer, qui cherche à montrer que les animaux comme les hommes peuvent changer les rôles et les genres. Les mâles doivent savoir monter correctement les femelles, les femelles être montées également correctement, mais il faut ensuite montrer que chacun peut être capable de rôles plus subtils. Il faut que je dresse ma femelle à bien exciter les mâles, quasiment à les monter, en tous cas à les enculer avec la langue, le museau, la patte etc. Elle semble très prédisposée à cela. Mais il faut aussi que je la dresse à faire venir le mâle (ou une autre femelle, c’est pareil ici) vers elle et sur elle. Il y a des épreuves où la chienne en chaleur doit attirer le mâle en frétillant du cul, en se faisant bien lécher la vulve, du clito jusqu’au cul. Les autres éleveurs doivent y habituer leurs chiens qui apprennent à répondre aux signaux de la chienne, en dressant leur queue convenablement de leur côté (mais la perspective de ce mouvement est de rendre tous les chiens, mâles et femelles, capables des mêmes choses avec des moyens appropriés en les alternant). Les critères de sélection et d’élection sont entièrement construits sur ces perspectives.
Pour tout cela, je vois bien qu’il y a encore du travail à faire avec ma chienne, mais ses dispositions m’encouragent.
J’ai l’idée alors de la faire mettre à quatre pattes, les fesses bien relevées.
Il faut dresser les femelles pour que dans les concours la pine des chiens soit la plus tendue.
Cette chienne là est manifestement prometteuse, même si elle est encore un peu jeune et jouette. Elle lève bien le fessier en se mettant le museau à terre, les pattes de devant repliées, et son cul et son con s’ouvrent alors facilement.
Je vérifie qu’une queue peut bien l’enfiler, et en effet elle s’y prête très bien. Elle remue les fesses pour faciliter la pénétration, et elle est manifestement une très bonne chienne de ce point de vue.
Je vois que son cul est aussi ouvert dans cette position, et qu’en la dressant bien, on pourra peut-être même arriver à la faire monter par deux chiens à la fois, ce qui dans les concours est très bien vu. Pour l’habituer, je l’encule du doigt en même temps que je l’enfile.
Je crois que la prochaine fois je l’enculerai avec un gode. Elle semble le comprendre quand je lui dis, et elle jouit comme une chienne. Et moi aussi du même coup. J’au vu qu’elle se branlait le clito avec une des pattes repliées : c’est une chose très rare, et il faudra encore mieux la dresser à cela. Elle se comporte très bien face à cela, attendant que je la couche sur le côté jusqu’à la sortie de ma queue.
La prochaine fois, je vais commencer aussi à l’exhiber à l’extérieur, avec un collier et une laisse, en lui apprenant à branler et peut-être sucer les queues rencontrées, ou à mettre les chiens en excitation par ses postures.
Ne pas oublier le martinet pour commencer à l’habituer et pour faciliter le dressage.
 
PhiloQueer, Powered by Joomla! and designed by SiteGround web hosting